Page d'accueil du site

 

Revue de presse

Page précédente

Page suivante

Articles parus dans les médias, extraits


NEUE ZUERCHER ZEITUNG (2003)

Nuits d’été in Winterthur

…Diesen brüchigen, an Grenzen des Ausdrucks gehenden Tonfall traf Brigite Balleys auf berührend intensive und farbenreiche Weise. Eine hoch inspirierte Interpretation…


OPERA

Le Fou de Landowski (2000, Montpellier)

Enfin, il y a Brigitte Balleys, en Isadora, se révèle un tragédienne de haut vol, ue sorte de douleur incarnée qui sans fard, ni artifice, vous arrache les larmes. Antoine Livio


LE MONDE DE LA MUSIQUE (1999)

On retiendra l’impressionnante interprétation tourmentée et volcanique de Brigitte Balleys dans le rôle titre (Dido d’Henri Desmarest à Beaune)


GRAMOPHON (1998)

Comparaison discography Nuits d’été de Berlioz

…almost every that Brigitte Balleys does in Les Nuits d’été is inspirational,….her atmospheric employement of words…., the gradual warming of events of timbre…, the sudden intensity…. and the final, almost whispered….

If I personally opt for Balleys, it is because her every note is alive …


OPERA INTERNATIONAL (avril 1997)

L’Argia

…commençons pas Brigitte Balleys. Dotée d’une capacité de concentration qui n’est l’apanage que de très grands interprètes (en fait, ceux qui réussissent, avec égal bonheur, à la scène ou dans la mélodie ou le Lied) elle dessine une ARGIA tourmentée, et nous en faire percevoir le moindre des mouvements d’âme ; sa voix longue, au timbre toujours maîtrisé-même dans les éclats dramatiques-, et son permanent souci du beau geste vocal, sont autant d’atouts pour affirmer, que nous avons assisté, ce soir-là, à l’un des rares inoubliables souvenirs de spectateur lyrique. Frank Langlois


LE MONDE (1996)

Brigitte Balleys vient de graver la plus fascinante et névrotique version des Nuits d’été de Berlioz, avec Philippe Herreweghe (Harmonia Mundi Renaud Machart)


Page précédente

Brigitte Balleys - Cantatrice classique mezzo-soprano - Artiste lyrique

Haut de page